Le calendrier japonais vous raconte le Japon…

calendrier japonais

Décollez pour le Japon de chez vous en suivant mon défi sur le calendrier japonais !

Le 11 octobre 2022 fera date dans l’histoire du calendrier japonais.
Et pour cause ! C’est la date à laquelle le Japon rouvrait enfin grand ses portes aux touristes étrangers après deux années de quasi fermeture due à la gestion du Covid-19.
Un soulagement pour beaucoup, qui attendent depuis de longs mois de faire le si convoité « voyage de rêve » au pays du Soleil Levant…

Or, dans la grande majorité des cas, de retour au pays, un séjour au Japon laisse invariablement place à une indicible, voire douloureuse nostalgie. On a alors qu’une envie : y retourner le plus vite possible !

C’est précisément ce que j’ai vécu après deux longs séjours dans ce fascinant pays.

Laissez-moi donc vous raconter brièvement mon histoire.

結果 より 道程
kekka yori dôtei

Proverbe japonais : « Le chemin parcouru est plus important que le résultat obtenu« 

1981 : Le bac en poche, je m’inscris aux Langues’O (INALCO pour les puristes) pour étudier la langue et la culture japonaises.

Inspirée par mes lectures adolescentes de Narcisse et Goldmund, Siddhartha, et confortée par l’expérience que me rapporte une Française rencontrée par hasard à l’occasion d’un séjour en Angleterre (merci Bernadette !), je brave l’interdit familial et me lance corps et âme dans la découverte du Japon, alors largement inconnu de monsieur Tout-le-monde.
L’alchimie prend si bien que je décroche une première bourse d’étude d’un an à l’Université de Kyôto. C’est l’année de mes 20 ans. Quel plus beau cadeau pouvais-je m’offrir ?…
S’ensuit, deux ans plus tard, une seconde bourse d’étude d’un an et demi à l’université Waseda de Tôkyô cette fois. Le rêve ! Oui, mais un rêve dont je sais qu’il va vite prendre fin car le devoir me rappelle en France ainsi que la nécessité impérieuse de gagner ma vie…

1990 : Je rentre dans le rang en intégrant la filiale d’un grand groupe de distribution japonais alors implanté à Paris.

A l’époque où j’ai étudié la langue et la culture japonaises, les chances de pouvoir vivre de cette passion en France sont extrêmement limitées. Je me résous donc à « faire carrière » dans l’import-export, au grand dam de mon éminent professeur et mentor, Jean-Jacques Origas, aujourd’hui disparu.
Cela dit, l’expérience menée dans cette grande entreprise japonaise s’avère vite très constructive. Le japonais devient alors une véritable langue de travail. Chacun des postes occupés me permet de « vivre le Japon de l’intérieur » : mes supérieurs hiérarchiques sont japonais ; je sers d’intermédiaire linguistique et socio-culturel entre la France et le Japon.
Seulement voilà ! Je suis vite rattrapée par la conjoncture économique…. L’éclatement de la bulle spéculative japonaise du début des années 90 (1) finit par avoir raison des investissements du groupe en France. L’histoire s’achève pour moi par un licenciement…

(1) Pour en savoir plus sur cette période marquante qui a signé un tournant historique majeur dans l’économie japonaise d’après-guerre, regardez la vidéo en cliquant sur le lien suivant :
https://www.youtube.com/watch?v=LUrv1bRpwz4

1998 – 2018 : J’ouvre une nouvelle page de vie, à des années lumières de mes aspirations premières !…

Je profite de ce retournement conjoncturel pour me consacrer pleinement à ma vie personnelle, un peu sacrifiée jusqu’alors…
Après une formation à la pédagogie, je deviens formatrice en Français Langue Etrangère puis conseillère en évolution professionnelle, deux métiers que j’exerce avec professionnalisme et succès, mais qui m’éloignent chaque jour un peu plus de ma vraie passion : la langue et la culture japonaises ! Bien que je continue de m’informer sur le sujet, rien n’y fait, je garde invariablement ce sentiment inconfortable de rester « en exil » du Japon et de moi-même…

七転び八起き
nanakorobi yaoki

Proverbe japonais : « Tombe sept fois et relève-toi huit« 

2019 : Vive le retour aux sources !

La vie est ainsi faite qu’elle réserve bien des surprises ! C’est d’ailleurs ce qui fait sa magie, si tant est que l’on accepte d’en suivre les lois…

Dans mon cas, c’est précisément un des « caprices » de mon histoire personnelle qui me convainc définitivement de concrétiser ICI et MAINTENANT mon désir le plus profond, à savoir : partager avec le plus grand nombre ma passion pour la langue et la culture japonaises !

L’intérêt pour la « chose japonaise » étant désormais bien installé, je me remets rapidement en selle en donnant des cours de japonais, collectifs et particuliers, auprès de publics scolaires (collégiens et lycéens) et d’adultes, dans le secteur public et le secteur privé. En parallèle, j’obtiens un Master 2 spécifiquement dédié à l’enseignement de la langue et de la culture japonaises à l’université Paris Cité. La boucle est bouclée !

En effet, je suis aujourd’hui comblée dans mon aspiration à renouer avec ma passion. Mais il me manque encore un élément fondamental pour pouvoir pleinement m’épanouir : celui de pouvoir la partager avec tous ceux d’entre vous qui se reconnaîtront dans mon approche et « ma lecture » du Japon.

Bienvenue à vous !
日本にようこそ ! Bienvenue au Japon !

Pour commencer, à titre de mise en bouche, je vous propose de découvrir à compter du 1er mai les temps forts du calendrier japonais pendant 12 semaines.

Au fil des semaines, vous verrez ainsi comment le calendrier japonais, cet objet éminemment banal du quotidien, est capable de nous livrer de nombreuses clés sur la société japonaise et de bousculer certaines de nos perceptions.

Alors, préparez vos bagages et notez bien cette date de lancement dans votre agenda pour un départ imminent !

Où que vous soyez, nous avons tant à partager !

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager. :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.