Japonais : comment parler avec rythme et musicalité ?

Nous avons vu précédemment que le prononciation du japonais relevait d’un jeu d’enfant. A cette bonne nouvelle, je souhaite aujourd’hui en apporter une autre : le japonais est une langue mélodieuse ! Qui plus est, sa rythmique et sa musicalité sont si simples d’acquisition pour un francophone, qu’elle évitera à la majorité d’entre nous d’avoir un « accent à couper au couteau » ! 🙂

Drapeaux symboles de l'amitié franco-japonaise

Fini donc les excuses franchouillardes, qui font que l’on repère l' »accent français » à des kilomètres à la ronde ! 😀
Entre nous, soyons honnêtes, soit nous maintenons notre accent par simple coquetterie culturellement égocentrée, soit nous restons les éternels victimes volontaires d’un système éducatif trop axé sur l’écrit au détriment des compétences à l’oral…

Avec le japonais, exit donc l' »exception française » ! Acceptons pour une fois d’être juste « normaux » ! 😀

Je vais vous montrer très simplement comment faire. 😉

Le japonais : une affaire de rythme…

La première chose à comprendre, c’est que la prononciation du japonais repose sur un rythme régulier. J’entends par là que chaque son de cette langue compte pour 1 temps (les spécialistes parleront de « more »…). A ce stade, je vous invite à vous reporter à l’ensemble des sons courts (46 sons de base et leurs variations) que je vous ai présentés dans mon article sur la prononciation.

Ainsi, comme en musique, on va dénombrer 1 temps pour chacun des 46 sons de base présentés dans le tableau ci-dessous :

Les 46 sons de base du japonais en transcription Hepburn

Pour celles et ceux d’entre vous qui ne sont pas fâchés avec le solfège, cela revient à dire que chacun des sons « courts » du japonais équivaut à une noire . 😉

La noire : temps de base des sons du japonais.

Ce qui donne par exemple les décompositions et les décomptes suivants :

  • U – SA – GI : 1 + 1 + 1 = mot à 3 temps (U = 1 temps / SA = 1 temps / GI = 1 temps)
  • KO – N – JA – KU : 1 + 1 + 1 + 1 = mot à 4 temps (KO = 1 / N = 1/ JA = 1 /KU = 1)
  • SHA – MI – SE – N : 1 + 1 + 1 + 1 = mot à 4 temps (SHA = 1/ MI = 1/ SE = 1 / N = 1)
  • O – I – SHI – I : 1 + 1 + 1 + 1 = mot à 4 temps (O = 1 / I = 1 / SHI =1 / I = 1)

Si l’on prononce en marquant le rythme avec les mains, cela donne respectivement :

Etes-vous maintenant prêts pour l’entraînement par imitation ? 😉

Le traitement des sons longs

Comme nous l’avons vu précédemment, à ces sons de base courts, s’ajoutent des sons longs. Pour ceux-là, rien de sorcier : on compte tout simplement 2 temps au lieu de 1 ! 😀

Pour les fans de solfège, un son long équivaut à une blanche. 😉

La blanche : temps représentatif des sons longs du japonais

De la sorte, les mots suivants donneront comme décompositions et décomptes :

  • TÔ – KYÔ : 2 + 2 = mot à 4 temps (TÔ : 2 temps / KYÔ : 2 temps)
  • RYO – KÔ : 1 + 2 = mot à 3 temps (RYO : 1 temps / KÔ : 2 temps)

Ainsi, à l’oral, en battant la mesure avec les mains, cela donne respectivement :

Remarque capitale : Il va sans dire que, dans ces exemples, j’exagère volontairement la décomposition et la longueur de chaque son long. Cependant, l’expérience montre qu’il est extrêmement important de s’y attarder en tout début d’apprentissage. Cela vous évitera ainsi de fâcheux malentendus provoqués par le non-respect de ces principes rythmiques de base.
Par exemple, cela vous évitera de confondre des mots tels que BI – YÔ – I – N (1 + 2 + 1 + 1 = 5 temps ) et BYÔ – I – N (2 + 1 + 1 = 4 temps). Le premier signifie « salon de coiffure » ; le second signifie « hôpital ». Avouez que la distinction est utile lorsqu’il faut indiquer une direction à un chauffeur de taxi ! 😀

Le traitement des sons redoublés

Enfin, il nous faut ajouter à cette palette rythmique le redoublement sonore de certaines consonnes.

Ce type de redoublement s’apparente à une syncope musicale ou, plus simplement, à une sorte de « hoquet » ou d' »étirement » installé entre deux syllabes. Or, chaque « hoquet » ou « étirement » compte à lui seul pour 1 temps . Cela surprend ou amuse au départ, mais rassurez-vous, on s’y fait très vite ! 🙂

Ainsi, les mots suivants aboutissent aux décompositions et aux décomptes :

  • SA – P – PO – RO : 1 + 1 + 1 + 1 = 4 temps/ 4 battements
  • CHO – T – TO : 1 + 1 + 1 = 3 temps/ 3 battements

A l’oral, cela donne respectivement comme rendu :

A vous de jouer maintenant ! 🙂

Le japonais : une affaire d’intonation également !

Une fois maîtrisée ces questions de rythmique, pour « sonner » véritablement japonais, encore faut-il agrémenter le tout d’une intonation propre à la musicalité de cette langue. 😉

Je m’explique.

De la même manière que les francophones, les Japonais signalent d’une intonation spécifique montante les questions et les exclamations. Rien de particulier à ce niveau-là. Cela donne, par exemple :

Intonation de la question
Intonation de l’exclamation

Viennent ensuite deux autres intonations très communes et foisonnantes dans la langue japonaise à l’oral.

La première signale les phrases se terminant par le son « NE », comme dans :

Intonation avec le son « NE » terminal (recherche d’assentiment)

La seconde s’applique aux phrases se terminant par le son « YO », comme dans :

Intonation avec le son « YO » terminal (affirmation d’une opinion)

J’aurai prochainement l’occasion de m’étendre longuement sur les nuances de sens apportées par ces deux particules finales NE et YO, mais pour l’heure, l’essentiel reste de s’en imprégner tant en reconnaissance qu’en production orale… Je ne peux donc que vous exhorter à vous entraîner sans relâche, HAUT ET FORT dans le secret de votre alcôve, à reproduire ces magnifiques intonations ! 😀

Courage à vous ! Ne lâchez rien !

Passé ce cap, soyez-en convaincus, vous aurez en main toutes les clés nécessaires pour prononcer le japonais quasiment comme un Japonais. Ayons la modestie de rendre aux natifs ce qui appartient aux natifs ! 😀

Dewa mata ! ではまた !

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager. :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.